[Retour page d'accueil]
[Retour à la page précédente]
DOULEURS ET ZONA
Christophe Coppin

 

Touche 20% de la population

140000 cas/an en France

Incidence maximale après 75 ans

La phase aigue : jusqu’à cicatrisation des lésions cutanées (< 1 mois)

Les douleurs post-zostériennes (DPZ) : ce sont les douleurs post-cicatrisation des lésions cutanées

LE ZONA AIGU

-         traiter efficacement le zona aigu est un facteur de moindre chronicisation

-         98% des patients ont des douleurs dans la phase aigue

-         15 à 20% ont des douleurs quelques jours à une semaine avant l’éruption

-         légères pour 14%, très intenses dans 5% des cas

-         un traitement antiviral sera prescrit dans les 72 heures suivant le début de l’éruption si > à 50 ans ou si zona ophtalmique ou si immunodéprimé (aciclovir, valaciclovir, famciclovir). Ces traitements permettent une diminution de plus de 50% des DPZ.

-         les douleurs de cette phase initiale seront traitées suivant leur intensité selon les paliers de l’OMS

-         dans le cas de douleurs très intenses on peut avoir recours à des blocs nerveux sympathiques

-         la phase aigue donne lieu à des douleurs de type inflammatoire mais rapidement vont coexister des douleurs de type neuropathique jusqu’à devenir le mode douloureux unique dans les DPZ (associer des antalgiques avec des médicaments proposés dans les douleurs neuropathiques peut donc être nécessaire dès la phase initiale)

-         on ne prescrira ni AINS ni corticoïdes (il a été fait usage de ces derniers mais cela reste controversé)

-         un piège : le zona sans éruption (< 1%) = zona sin herpete

-         facteurs de gravité : le terrain immunodéprimé (VIH, cancer, chimiothérapie) zona surinfecté, zona multimétamérique, bilatéral, à formes paralysantes ; ces patients devront être hospitalisés et recevoir de l’aciclovir en IV.

LES DOULEURS POST-ZOSTERIENNES

-         les facteurs prédictifs de leur survenue sont : le grand âge, l’existence de prodromes algiques (avant éruption), le zona des nerfs crâniens, la sévérité de l’éruption, la comorbidité

-         l’existence d’un déficit neurologique influence la persistance d’une douleur ; ce déficit est d’autant plus fréquent que la douleur initiale est intense ; plus l’âge est avancée plus la récupération est lente

-         sur la persistance des douleurs : 35% à 1 mois, 16% à 2 mois, 8% à 3 mois

-         à 6 mois : 2% pour les 18-50 ans, 4% pour les 50-70% et 22% si > à 70 ans.

Traitement des douleurs post-zostériennes (DPZ)

-         traitements locaux : ils font appel à l’usage de topiques anesthésiques (crème EMLA, compresses imprégnées à 5% de lidocaïne, produits contenant de la capsaïcine) ; ils ont une action sur les douleurs non paroxystiques et sur les phénomènes allodyniques

A ne pas appliquer sur une peau lésée.

Leur usage est particulièrement intéressant chez les sujets âgés, diminuant les risques d’effets indésirables et d’interactions médicamenteuses que l’on peut avoir avec les anti-épileptiques ou les tricycliques

o       Lidocaïne 5% : emplâtre médicamenteux (Versatis°) : voir sa fiche d’utilisation

o       Capsaïcine (0,025 à 0,075%) : Capsic crème, Zostrix (ATU), préparation magistrale : solution de capsicum à 0,1% - 25g + lanovaseline qsp 100g. 4 applications par jour à poursuivre au moins 6 semaines (jusqu’à 4 mois). Intolérance dans 20% des cas (brûlures) Quelquefois coadministré avec de la lidocaïne

 

-         techniques de contre-irritation : neurostimulation transcutanée, acupuncture, cryothérapie

-         les anti-épileptiques : plus volontiers utilisés dans les douleurs paroxystiques (décharges électriques, coups d’aiguille…)

Attention aux effets indésirables et surtout chez sujet âgé

Carbamazépine : 400 à 1200 mg par jour (Tégrétol°).

Gabapentine, prégabaline (Neurontin°, Lyrica°)

Clonazépam (Rivotril°)

-         les anti-dépresseurs tricycliques : plutôt sur les douleurs continues (brûlures, fourmillement) : amytriptyline (Laroxyl°), clomipramine (Anafranil).

Augmentation progressive des posologies (commencer à 10mg)

Respect des interactions médicamenteuses et contre-indications

 

Prévention du zona   Le vaccin contre le zona [Lire]

www.chups.jussieu.fr  (Le zona – Dr Dominique VALADE)

[Retour page d'accueil]
[Retour à la page précédente]